mercredi 7 décembre 2016

Le premier Prix Femina des lycéens couronne Nathacha Appanah !

Les élèves participants à la première édition du Prix Femina des lycéens, réunis à la librairie rouennaise L'Armitière, ont élu leur lauréate, mercredi 7 décembre: il s'agit de Nathacha Appanah pour Tropiques de la violence, paru chez Gallimard en août dernier. Figurant dans plusieurs sélections et déjà lauréat du Prix Patrimoines 2016, l'ouvrage était jusque-là absent des palmarès des grands prix d'automne. Nathacha Appanah a été choisie par 4 voix contre deux à Hélène Gestern, pour L'odeur de la forêt (Arléa).


Dans ce récit à plusieurs voix, Nathacha Appanah plonge son lecteur dans l'enfer de Mayotte, montrant à travers le personnage de Marie puis de son fils Moïse, "la déscolarisation, le chômage, la misère, la disparition de tous les repères, la tension entre Noirs et Blancs, la lutte de la tradition animiste contre la globalisation occidentale", ainsi que l'écrivait Jean-Claude Perrier dans son avant-critique parue le 3 juin dans Livres Hebdo.
(source : livreshebdo.fr)


À emprunter dans notre médiathèque (cliquez sur la couverture pour la disponibilité) et à commenter sur ce blog, votre avis nous intéresse.


jeudi 24 novembre 2016

Négar Djavadi à la librairie Massena !

L'auteur Négar Djavadi sera en rencontre le mercredi 7 décembre à 19h30 à la librairie Massena pour son premier roman : Désorientale.

Résumé : Kimiâ Sadr, née à Téhéran puis exilée en France, suit un protocole d'insémination artificielle pour avoir un enfant avec son amie, Anna. Dans la salle d'attente, elle se remémore ses souvenirs, sa famille, ses parents, opposés aux différents régimes en place. Un récit qui évoque l'Iran des années 1970, la France d'aujourd'hui, l'exil, l'homosexualité, l'identité et la transmission.

Retrouvez Négar Djavadi dans notre médiathèque

vendredi 18 novembre 2016

Gaël Faye décroche aussi le Goncourt des lycéens 2016 !

Coorganisé par la Fnac et le ministère de l’Education nationale, le prix Goncourt des lycéens a été attribué le 17 novembre à Petit pays (Grasset), déjà lauréat du prix Fnac et du prix du Premier roman.

Résumé : Burundi, 1992. Gabriel a 10 ans. Il vit dans un confortable quartier d'expatriés avec son père français, entrepreneur, sa mère rwandaise et sa petite soeur Ana. Alors que le jeune garçon voit ses parents se séparer, la guerre civile se profile et, par vagues successives, la violence envahit le quartier.

À emprunter dans notre médiathèque (cliquez sur la couverture pour la disponibilité) et à commenter sur ce blog, votre avis nous intéresse.

mardi 15 novembre 2016

Décès de Malek Chebel.

L'anthropologue des religions et psychanalyste algérien Malek Chebel, défenseur d'un "islam des Lumières", est décédé samedi matin d'un cancer à l'âge de 63 ans, a indiqué sa famille. Il sera enterré en Algérie, après probablement une cérémonie en région parisienne lundi, a précisé à l'AFP son fils Mikaïl Chebel.
Né en 1953 en Algérie, Malek Chebel, spécialiste de l'islam, était l'auteur de nombreux ouvrages et a donné des conférences dans des universités de plusieurs pays, notamment en France et aux Etats-Unis. Parmi ses livres, "L'islam pour les nuls" et "Le Coran pour les nuls" s'étaient arrachés dans les librairies après les attentats de janvier 2015.
Il a aussi traduit le Coran et publié, entre autres, "Mohammed, prophète de l'islam", "L'islam et la raison", "L'Erotisme arabe", ou "L'islam en 100 questions". En 2008, Malek Chebel avait été décoré chevalier de la Légion d'honneur par Nicolas Sarkozy, alors président. "Grâce à vous, la France découvre, ou redécouvre, un islam qui connaît et aime la vie, le désir, l'amour, la sexualité", avait alors déclaré Sarkozy.
(source : lefigaro.fr)

Retrouvez Malek Chebel dans notre médiathèque !

samedi 5 novembre 2016

Zidrou et Oriol : Les 3 Fruits ♥♥♥

Résumé : Après 40 années de règne, le roi arrive au terme de sa vie. La peur de mourir devient son obsession. En échange de la vie éternelle, il promet sa fille à un mage démoniaque et devra manger la chair de son fils le plus valeureux...

Notre avis : Avant 2012, je ne connaissais que très vaguement Zidrou via ses séries jeunesse. Puis j'ai découvert La Peau de l'Ours et depuis ce scénariste est devenu une valeur sûre de la bande-dessinée adulte. C'est donc avec beaucoup d'intérêt que je retrouve Zidrou et Oriol, le duo par qui tout a commencé.

N'ayant rien lu au préalable sur ce titre et ne me fiant qu'à la couverture, je pensais avoir affaire à un album de Fantasy et je fus surpris d'avoir entre mes mains un véritable conte. 
Car, aussi bien que dans sa forme que dans son fond, Les 3 Fruits répond à toutes les caractéristiques du conte (de fée ?) : la scène d'exposition, l'élément déclencheur, les péripéties sous formes de mises à l'épreuve, la narration qui s'enchaîne sous forme de répétitions… Il ne manquerait plus que le « Il était une fois ». Bon, certes, pour le « Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants » il faudra repasser mais la fin, qui laisse un sentiment de tristesse, a sa morale et même une morale féministe, chose assez rare dans les contes de fées traditionnels. 

Mais surtout ce qui est très fort dans ce livre, c'est qu'il est tellement bien écrit qu'on pourrait le lire, le raconter à haute voix en se passant totalement des dessins. Bien entendu, ce serait bien dommage car le travail d'Oriol aussi atypique soit-il est d'une très grande qualité ajoutant à la noirceur et l'oppression du récit tout en faisant luire les rares lumières positives. 

Zidrou continue sa lancée sans-faute dans l'univers de la BD adulte, excellant quel que soit le genre auquel il s'attaque : du récit colonialiste au récit de guerre en passant par le policier, la chronique sociale, et, ici, le conte. 

Florian

À emprunter dans notre médiathèque (cliquez sur la couverture pour la disponibilité) et à commenter sur ce blog, votre avis nous intéresse


vendredi 4 novembre 2016

Leïla Slimani prix Goncourt 2016


Leïla Slimani, pour son roman Chanson douce, a remporté le prix Goncourt, proclamé jeudi 3 novembre au restaurant Drouant à 13h. Elle a reçu six voix au premier tour contre deux voix pour Gaël Faye et une voix chacun pour Catherine Cusset et Régis Jauffret.
Il s’agit du deuxième roman de Leïla Slimani, deux ans après Dans le jardin de l’ogre (Gallimard). C’est la douzième écrivaine à recevoir le prix Goncourt.

Prix Médicis 2016

Le Prix Médicis a été décerné à Ivan Jablonka pour Laetitia ou la fin des hommes (Seuil) paru le 23 août et déjà récipiendaire des Prix Transfuge du meilleur essai 2016 et Prix littéraire du Monde 2016. Il a reçu cinq voix au 7e tour, contre trois pour Nathacha Appanah (Tropique de la violence, Gallimard). 
Le livre retrace l'enquête autour de Laëtitia Perrais, 18 ans, qui est enlevée en janvier 2011, avant d'être poignardée et étranglée. Pendant deux ans, l'auteur a rencontré les proches, la famille ainsi que les acteurs de l'enquête, avant d'assister au procès du meurtrier. II étudie sa vie comme un fait social, révélateur de la violence que subissent les femmes.
(source : Livreshebdo)

À emprunter dans notre médiathèque (cliquez sur la couverture pour la disponibilité) et à commenter sur ce blog, votre avis nous intéresse.








Le Prix Médicis étranger a récompensé Steve Sem-Sandberg pour Les élus (Robert Laffont), traduit du suédois par Johanna Chatellard-Shapira et Emmanuel Curtil. Publié en août, et prix Transfuge du meilleur roman européen, le roman se déroule en 1941 à Vienne, dans l'ancien hôpital Spiegelgrund devenu un centre pour enfants handicapés ou délinquants. Dans le pavillon 9, Adrian, Hannes et Julius témoignent de leur souffrance physique et morale. Les enfants incontrôlables sont envoyés au pavillon 17, subissant la torture et vivant sous la menace du pavillon 15, où ils sont exterminés.
(source : Livreshebdo)

À emprunter dans notre médiathèque (cliquez sur la couverture pour la disponibilité) et à commenter sur ce blog, votre avis nous intéresse.